Le syndicat d’Alcool NB : Gardons les magasins dans les régions rurales ouverts

Fredericton – La section locale 963 du SCFP qui représente les travailleurs d’Alcool NB demande au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec les fermetures des succursales de Lamèque, Petit-Rocher et Cap-Pelé.

screen-shot-2016-12-21-at-3-21-25-pm

« Remplacer des magasins rentables et donner le travail au secteur privé par le biais d’agences est une attaque contre les régions rurales du Nouveau-Brunswick. L’an dernier, le magasin de Petit-Rocher a réalisé, à lui seul, des profits de plus de 1 million de dollars, mais le PDG d’Alcool NB veut faire des fermetures. C’est déplorable », dit Jamie Agnew, président de la section locale 963.

« Les agences ne feront pas d’effort pour promouvoir ou appuyer les brasseurs ou distillateur locaux qui doivent lutter pour de l’espace sur les étagères contre les grands conglomérats d’alcool », ajoute Agnew.

« La fermeture de ces magasins aura un impact négatif lors de la saison touristique et signifiera une réduction de la sélection des produits tout au long de l’année », dit Agnew.

Agnew affirme que les députés régionaux doivent être impliqués dans la décision : « Pour ces régions, il s’agit de bons emplois avec avantages sociaux qui seront remplacés par des emplois précaires », a-t-il ajouté.

 Cette semaine, le SCFP a demandé une rencontre avec Cathy Rogers, la ministre responsable d’Alcool NB.

La section locale 963 du SCFP représente plus de 500 employés dans leurs magasins et entrepôt à travers le Nouveau-Brunswick.

SCFP 1190 : Routes dangereuses en raison des coupures

Fredericton – Les travailleurs des autoroutes du Nouveau-Brunswick, représentés par la section locale 1190 du SCFP, ont tenu une conférence de presse pour exprimer leurs inquiétudes vis-à-vis les compressions du ministère des Transports et de l’Infrastructure au programme d’Entretien hivernal.

Andrew Hardy, Président du SCFP 1190, lors de la conférence de presse

Andrew Hardy, Président du SCFP 1190, lors de la conférence de presse

Lors de la conférence, la section locale a officiellement relancé sa ligne téléphonique « Mauvaises routes » pour permettre aux gens de signaler le piètre état des conditions routières en raison des compressions dans le programme d’Entretien hivernal.

« Nous demandons au gouvernement de renverser les réductions passées : réduire le programme d’Entretien hivernal dans une province comme le Nouveau-Brunswick n’est vraiment pas une option », a déclaré Andy Hardy, président de la section locale 1190 du SCFP.

Hardy a énuméré plusieurs réductions passées – et maintenues – au programme d’Entretien d’hiver :

  • 26 chasse-neiges et niveleuses ne pourront servir au déneigement des routes ; ceci s’ajoute aux 29 pièces d’équipement lourd qui ont été entreposées ; le Ministère travaille donc maintenant avec 55 pièces d’équipement en moins ;
  • 70 opérateurs de moins au programme d’Entretien hivernal depuis 2013 ;
  • Aucun opérateur remplaçant ne sera disponible dans certaines régions de la province ;
  • Réduction dans les budgets de sable et de sel ;
  • 6,2 $ millions seront versés au groupe-conseil PVA du Québec, de l’argent qui quittera la province au lieu d’être utilisé sur les routes du Nouveau-Brunswick.

« Les membres de la section locale 1190 du SCFP se font un devoir de garder nos routes nettoyées et sécuritaires. Mais avec les compressions qui s’additionnent, cette mission devient de plus en plus difficile. » a affirmé Hardy.

Cette année, l’occasion d’annuler les contrats PPP se présentera lorsque le contrat privé avec le MRDC pour la route de Moncton à Fredericton expire le 1er janvier 2017 et devrait être renégocié.

« Le labourage du secteur privé coûte plus cher et est beaucoup moins efficace que le travail sur les routes du secteur public. Ce gouvernement à la chance de conclure un accord pour la sécurité de nos citoyens. Il est temps de ramener le travail à l’interne », a conclu Hardy.

Hardy était entouré du vice président de la section locale 4848, Bill Cameron, qui représente les ambulanciers paramédicaux, et Brien Watson,Président de la section locale 1253, qui représente les chauffeurs d’autobus scolaires.

De gauche a droite: Bill Cameron, vice président du SCFP 4848, Brien Watson, president du SCFP 1253, Andrew Hardy, president SCFP 1190 & David Perkins, Représentant National du SCFP

Hardy était aussi entouré du vice président de la section locale 4848, Bill Cameron, qui représente les ambulanciers paramédicaux, et Brien Watson, président de la section locale 1253, qui représente les chauffeurs d’autobus scolaires.

Le gouvernement fédéral maintient les réductions de Harper aux transferts en santé : mécontentement chez les travailleurs en soins de santé au N.-B.

Fredericton – Le Conseil des syndicats hospitaliers du Nouveau-Brunswick (CSHNB) et le SCFP du Nouveau-Brunswick craignent que le gouvernement fédéral sous-finance les soins de santé afin d’accélérer la privatisation des services.

Tout récemment, la ministre de la Santé Jane Philpott a révélé aux médias qu’elle maintiendrait le plan Harper pour les transferts en santé aux provinces. Les coupures entreront en vigueur en avril 2017. Dorénavant, les transferts seront liés à la croissance économique et plafonné à 3%, au lieu du 6% prévu sous l’Accord de la santé initial.

NS home support workers push back sector-wide privatization« Déjà, le système des soins de santé au Nouveau-Brunswick est étiré au maximum. Au cours des années, des hôpitaux ont été fermés, des services de santé en milieu rural ont été abolis et le niveau de services a été réduit » a déclaré Norma Robinson, présidente du CSHNB.

« Le Nouveau-Brunswick dépend énormément du financement fédéral pour ses services de santé. Une réduction de 6 % à 3 % représente des millions de dollars en moins tandis que l’utilisation et les prix des médicaments grimpent. N’oublions pas que les coûts de la santé augmentent plus vite que l’inflation » a déclaré Robinson.

« Notre province risque de perdre des centaines de millions de dollars dans les prochaines années ; plus de 700 millions de dollars dans les 10 prochaines années. Cela va avoir un impact négatif dans nos régions et va diminuer notre capacité d’offrir des soins de qualité », a déclaré Daniel Légère, président du SCFP NB.

Si les coupes de Harper sont maintenues, la part des dépenses en soins de santé couvertes par le gouvernement fédéral se rétrécira à 18,6 % en 2024. Cela est bien loin de la contribution de 50 % initiale.

« Depuis les années 1990, le gouvernement ne fait que couper. Avec le défi additionnel d’une population vieillissante, nous ne pouvons pas nous permettre d’offrir moins de services de santé. Le Premier ministre Gallant et le ministre Boudreau devraient faire de cet Accord de la santé un enjeu prioritaire pour le gouvernement », a conclu Légère.

Les autobus scolaires surchargés depuis les coupures en éducation

Saint-Jean – Les plus récentes coupures budgétaires en éducation affectent la sécurité des élèves, affirme la section locale du SCFP 380, le syndicat représentant les chauffeurs d’autobus scolaire dans la région de Saint-Jean.school_bus

« Le district scolaire Anglophone Sud a éliminé un autobus et depuis, les autobus sont surchargés », a déclaré Christopher Watson, président de la section locale 380 du SCFP.

Selon un récent rapport, un autobus était tellement surchargé que plusieurs enfants étaient contraints de s’asseoir ou rester debout dans les allées. Cet autobus contenait près de 100 élèves à bord.

« Les parents sont en train de dire ce que notre section locale a signalé au District cet été. Il y a des limites à vouloir faire des économies : le district a créé un environnement dangereux pour les élèves et les chauffeurs », a déclaré M. Watson.

« Chaque fois que notre gouvernement ferme une école, cela signifie une augmentation de transport par autobus et donc de nouveaux trajets d’autobus. Cependant, le District en question a aussi coupé au niveau des transports, au point de mettre la sécurité des enfants et des travailleurs en danger », a déclaré Brien Watson, président de la section locale 1253 du SCFP qui représente les chauffeurs d’autobus scolaire dans la province.

Le SCFP 1253 représente plus de 2700 travailleurs dans 29 sections locales. Il s’agit des chauffeurs d’autobus scolaires, des concierges et des préposés à l’entretien travaillant pour les districts scolaires du Nouveau-Brunswick. Retrouvez-nous en ligne à www.1253.ca ou suivez-nous sur Facebook.com/CUPE-SCFP-LOCAL-1253.