Congrès 2017 du SCFP NB

Le 54e Congrès annuel du SCFP NB aura lieu au Fredericton Inn, Fredericton, NB du 19 au 22 avril 2017.

Mercredi – 19 avril
10h00 Atelier pour nouveaux délégués
10h00 Inscription
13h00 Séance du congrès
21h00 Soirée sociale

Jeudi – 20 avril
8h30  Inscription
9h00  Séance du congrès
21h00 Soirée sociale

Vendredi – 21 avril
8h30    Inscription
9h00    Séance du congrès
21h00     Danse

Samedi – 22 avril
8h30    Inscription
9h00   Séance du congrès


Représentation

  • Une section locale payant une capitation pour cent (100) membres ou moins a droit à deux (2) délégués et un (1) délégué de plus pour chaque tranche additionnelle de cent (100) membres, ou une fraction de ce nombre.
  • Les conseils de districts, conseils de syndicats provinciaux ou groupes d’occupations provinciaux ont droit à un (1) délégué par conseil ou groupe. Ces représentants doivent être membres d’une section locale affiliée au SCFP versant une capitation au SCFP NB.

Lettres de créance

Les lettres de créance sont incluses et tiennent compte de votre dernier paiement au SCFP NB. Veuillez faire parvenir la copie blanche à l’adresse ci-dessous et retenir la copie jaune qui devra être remise lors de l’inscription. Vous pouvez nommer les délégués substituts et ceux-ci peuvent assister sans toutefois avoir le droit de parole ou de vote à moins qu’ils remplacent un délégué absent.

Inscription

L’inscription des délégués peut se faire par courrier ou en ligne, via notre page. Veuillez vous inscrire au plus tard le 20 mars 2017 afin de nous aider dans la planification et nous permettre de préparer la documentation nécessaire et la distribuer à l’avance aux délégués.

Droits

Le droit d’inscription est de 100$ par délégué ou délégué substitut. Si l’inscription se fait par courrier, veuillez inclure votre chèque avec le formulaire. Si l’inscription se fait par internet, veuillez faire parvenir votre paiement à Minerva Porelle, secrétaire-trésorière, puisque les droits doivent être acquittés au moment de l’inscription. Veuillez libeller vos chèques à “SCFP NB”.

Inscription pour observateurs/ observatrices : information et formulaire d’inscription au bas de la page.

Résolutions et amendements statutaires

  • Conformément à l’article 4.7 des Statuts et Règlements, toutes les résolutions qui doivent être considérées au congrès doivent être soumises au plus tard le 19 janvier 2017. Toutes ces résolutions doivent être signées par le/la président/ présidente et le/la secrétaire de l’affilié. Les résolutions d’urgence présentées au congrès moins de quatre-vingt-dix (90) jours avant l’ouverture de celui-ci peuvent être considérées seulement s’il y a consentement des deux tiers du vote majoritaire des délégués.

Hébergement

Un groupe de chambres, à partir de 99$, a été réservé jusqu’au 22 mars au Fredericton Inn. Veuillez mentionner que vous êtes avec le SCFP (groupe CUPNB16M) lors de la réservation. Voici les coordonnées du Fredericton Inn:

Aide financière en vue du congrès

Les sections locales comptant moins de vingt-cinq (25) membres peuvent faire une demande d’aide financière auprès du SCFP NB afin de couvrir les frais de déplacement pour la participation d’un délégué au congrès. La direction du SCFP NB a l’autorité d’accorder ledit paiement.

Veuillez faire parvenir les inscriptions au plus tard le 20 mars 2017 à:

SCFP Nouveau-Brunswick
11 McKnight Road
Valley Road, NB   E3L 4V4
Courriel: nbcnhu@xplornet.ca

Arrérages

  •  Exigence du SCFP Nouveau-Brunswick
    Afin d’avoir droit de représentation au congrès, la section locale doit s’être acquittée de sa capitation au SCFP NB y compris le mois de décembre 2015.
  • Exigence du SCFP National
    L’article 6.7 des Statuts du SCFP National stipule que nulle organisation dont le paiement de capitation au SCFP National est en retard de deux mois ou plus ne peut être représentée au congrès de tout autre palier du Syndicat canadien de la fonction publique. Ceci signifie que les sections locales doivent s’être acquittées de la capitation au SCFP National y compris le mois de janvier 2017.

Privatisation en santé : superbactéries et dîners surgelés

FREDERICTON : Les régies de santé Vitalité et Horizon s’apprêtent à signer un contrat de 10 ans afin de privatiser les services d’alimentation, de nettoyage et de transport des patients.

« Nous avons été informés que 280 postes équivalent temps plein seront touchés par la décision du gouvernement d’offrir le contrat à Sodexo, une multinationale française » a expliqué Norma Robinson, présidente du Conseil des syndicats hospitaliers du NB, Section locale 1252 du SCFP.

Le SCFP 1252 est très préoccupé par le bilan peu reluisant de Sodexo. Dans plusieurs provinces et aux États-Unis, la multinationale a été fortement critiquée, souvent poursuivie en justice pour avoir surchargé les gouvernements. Sodexo a déjà été expulsé des universités, des prisons, des écoles et d’autres établissements où elle opérait.

« C’est scandaleux parce que nous opérons déjà avec le strict minimum. Pour économiser de l’argent et être profitable, l’entreprise va inévitablement couper les coins ronds. Cela signifie plus d’infections à l’hôpital et des éclosions plus fréquentes des « superbactéries ». Ce gouvernement met en danger nos citoyens les plus vulnérables, les malades et les personnes âgées », a déclaré Robinson.

Moins de personnel de nettoyage et de lutte aux infections entraîne plus de cas de Staphylococcus aureus (MRSA), Enterococcus résistant à la vancomycine (VRE), C. difficile et bien d’autres infections causées par des bactéries et des virus dans les établissements de santé négligés.

Lors de réunions passées avec l’ancien ministre de la Santé, celui s’était fait rassurant avec le SCFP 1252. Les privatisations n’auraient pas lieu, car il n’avait pas eu de garanties solides pour trouver des économies sans perte de qualité et de services.

« La santé des patients et des travailleurs doit être assurée : en évitant la privatisation, nous pouvons éviter des problèmes coûteux et dangereux » affirme Robinson.

« Malgré les réductions faites dans le passé, le syndicat a tout de même fait de son mieux pour s’assurer que les hôpitaux atteignaient leurs objectifs de propreté. Les travailleurs de première ligne et leurs superviseurs se réunissaient régulièrement pour améliorer les normes de propreté dans les édifices », a déclaré Robinson.

Le SCFP 1252 est également préoccupé par l’accroissement de l’utilisation des repas surgelés : « Est-ce le genre de nourriture que les gens du Nouveau-Brunswick méritent lorsqu’ils sont malades, ou sont en soins palliatifs ? » demande Robinson.

Le syndicat d’Alcool NB : Gardons les magasins dans les régions rurales ouverts

Fredericton – La section locale 963 du SCFP qui représente les travailleurs d’Alcool NB demande au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec les fermetures des succursales de Lamèque, Petit-Rocher et Cap-Pelé.

screen-shot-2016-12-21-at-3-21-25-pm

« Remplacer des magasins rentables et donner le travail au secteur privé par le biais d’agences est une attaque contre les régions rurales du Nouveau-Brunswick. L’an dernier, le magasin de Petit-Rocher a réalisé, à lui seul, des profits de plus de 1 million de dollars, mais le PDG d’Alcool NB veut faire des fermetures. C’est déplorable », dit Jamie Agnew, président de la section locale 963.

« Les agences ne feront pas d’effort pour promouvoir ou appuyer les brasseurs ou distillateur locaux qui doivent lutter pour de l’espace sur les étagères contre les grands conglomérats d’alcool », ajoute Agnew.

« La fermeture de ces magasins aura un impact négatif lors de la saison touristique et signifiera une réduction de la sélection des produits tout au long de l’année », dit Agnew.

Agnew affirme que les députés régionaux doivent être impliqués dans la décision : « Pour ces régions, il s’agit de bons emplois avec avantages sociaux qui seront remplacés par des emplois précaires », a-t-il ajouté.

 Cette semaine, le SCFP a demandé une rencontre avec Cathy Rogers, la ministre responsable d’Alcool NB.

La section locale 963 du SCFP représente plus de 500 employés dans leurs magasins et entrepôt à travers le Nouveau-Brunswick.

SCFP 1190 : Routes dangereuses en raison des coupures

Fredericton – Les travailleurs des autoroutes du Nouveau-Brunswick, représentés par la section locale 1190 du SCFP, ont tenu une conférence de presse pour exprimer leurs inquiétudes vis-à-vis les compressions du ministère des Transports et de l’Infrastructure au programme d’Entretien hivernal.

Andrew Hardy, Président du SCFP 1190, lors de la conférence de presse

Andrew Hardy, Président du SCFP 1190, lors de la conférence de presse

Lors de la conférence, la section locale a officiellement relancé sa ligne téléphonique « Mauvaises routes » pour permettre aux gens de signaler le piètre état des conditions routières en raison des compressions dans le programme d’Entretien hivernal.

« Nous demandons au gouvernement de renverser les réductions passées : réduire le programme d’Entretien hivernal dans une province comme le Nouveau-Brunswick n’est vraiment pas une option », a déclaré Andy Hardy, président de la section locale 1190 du SCFP.

Hardy a énuméré plusieurs réductions passées – et maintenues – au programme d’Entretien d’hiver :

  • 26 chasse-neiges et niveleuses ne pourront servir au déneigement des routes ; ceci s’ajoute aux 29 pièces d’équipement lourd qui ont été entreposées ; le Ministère travaille donc maintenant avec 55 pièces d’équipement en moins ;
  • 70 opérateurs de moins au programme d’Entretien hivernal depuis 2013 ;
  • Aucun opérateur remplaçant ne sera disponible dans certaines régions de la province ;
  • Réduction dans les budgets de sable et de sel ;
  • 6,2 $ millions seront versés au groupe-conseil PVA du Québec, de l’argent qui quittera la province au lieu d’être utilisé sur les routes du Nouveau-Brunswick.

« Les membres de la section locale 1190 du SCFP se font un devoir de garder nos routes nettoyées et sécuritaires. Mais avec les compressions qui s’additionnent, cette mission devient de plus en plus difficile. » a affirmé Hardy.

Cette année, l’occasion d’annuler les contrats PPP se présentera lorsque le contrat privé avec le MRDC pour la route de Moncton à Fredericton expire le 1er janvier 2017 et devrait être renégocié.

« Le labourage du secteur privé coûte plus cher et est beaucoup moins efficace que le travail sur les routes du secteur public. Ce gouvernement à la chance de conclure un accord pour la sécurité de nos citoyens. Il est temps de ramener le travail à l’interne », a conclu Hardy.

Hardy était entouré du vice président de la section locale 4848, Bill Cameron, qui représente les ambulanciers paramédicaux, et Brien Watson,Président de la section locale 1253, qui représente les chauffeurs d’autobus scolaires.

De gauche a droite: Bill Cameron, vice président du SCFP 4848, Brien Watson, president du SCFP 1253, Andrew Hardy, president SCFP 1190 & David Perkins, Représentant National du SCFP

Hardy était aussi entouré du vice président de la section locale 4848, Bill Cameron, qui représente les ambulanciers paramédicaux, et Brien Watson, président de la section locale 1253, qui représente les chauffeurs d’autobus scolaires.